Home

188 mètres sous Berlin Magdalena ParysSeules quatre journées séparent désormais les lecteurs des 581 livres à paraître du 16 août à la fin du mois d’octobre, répartis en 390 romans du côté de la littérature française et littérature francophone et 191 romans du côté de la littérature étrangère. L‘automne littéraire 2017 se matérialise d’autant plus que s’étoffe la traditionnelle bi-annuelle présentation exclusivement consacrée aux premiers romans de la rentrée littéraire par Adepte du livre, en marge de la navrante uniformité des recommandations littéraires et autres diktats du must-read book d’une bien-pensance en mal de curiosité.

En partie consacrées à la littérature de genre (thriller, science fiction, érotique, fantasyyoung adult…) fidèlement à un esprit d’ouverture des frontières et des genres littéraires, les sélections de la rentrée littéraire 2017 côté premier roman se succèdent (#1#2#3#4#5#6#7#8 & #9) sans se ressembler, dépassant largement le chiffre officiel de 81 premiers romans cantonné à la littérature générale. Cette dixième mise en lumière des primo-romanciers de la rentrée littéraire de septembre 2017, publiés par de petits éditeurs indépendants comme par de grandes maisons d’édition, permettra une fois encore de répondre aux goûts de lecture les plus éclectiques.

Ce coup de projecteur uniquement porté sur les premiers romans français, premiers romans francophones et premiers romans étrangers de la rentrée littéraire 2017 contribuera, dans sa modeste mesure, à soutenir des primo-éditions qui, plus que tout autre livre, peinent à faire une entrée dans le monde des lettres remarquée, à se tailler une place de choix en librairie et à s’imposer dans la courses aux grands prix littéraires d’automne. Encore qu’il soit actuellement de bon ton de s’enthousiasmer pour le premier roman. Intérêt sincère et durable ou opportunisme tendanciel ? Quoi qu’il en soit, cet engouement devrait, au moins pour ce cru 2017 et sa plus audacieuse programmation de premiers romans depuis longtemps, profiter aux nouvelles plumes.

Alors, lecteurs en tous genres, liseurs de tous horizons, impatients découvreurs de nouvelles saveurs et peut-être des best-sellers de demain, êtes-vous prêts à vous offrir de l’inattendu, du jamais lu et à soutenir les écrivains en herbe ? Read-y ? À vos marque-pages, prêts, lisez !

Aux Éditions Actes sud :

Imago de Cyril Dion (Québec), à paraître le 16 août : Parce que son frère s’apprête à commettre en France l’irréparable, Nadr le pacifiste se lance à sa poursuite, quitte la Palestine, franchit les tunnels, passe en Égypte, débarque à Marseille puis suit la trace de Khalil jusqu’à Paris. Se révolter, s’interposer : deux manières d’affronter le même obstacle, se libérer de tout enfermement, accéder à soi-même, entrer en résilience contre le sentiment d’immobilité, d’incarcération, d’irrémédiable injustice.
Sous couvert de fiction, ce premier roman est celui d’un homme engagé pour un autre monde, une autre société – un engagement qui passe ici par l’imaginaire pour approcher encore davantage l’une des tragédies les plus durables du XXe siècle.

Les bijoux bleus de Katharina Winkler (Autriche), à paraître le 6 septembre : S’appuyant sur des faits réels, ce roman bouleversant raconte le destin de Filiz, une jeune Kurde vivant dans un village reculé de Turquie. Mariée à 12 ans et mère à 13 ans, elle va vivre terrorisée sous la coupe d’un homme violent qui pense qu’une femme bien tenue par son mari doit toujours être ornée de “bijoux bleus”…

Le maire qui aimait les arbres de Jean Chalendas, à paraître le 4 octobre : L’arbre au cœur de la cité a cédé sa place aux voitures, au bitume. En disparaissant, c’est l’espace de déploiement du lien social qui disparaît. Un maire s’insurge contre ce phénomène d’isolement de sa population et entreprend d’agir. Cette nouvelle en forme de conte appelle à rêver de l’enchantement d’un monde où la ville retrouverait la proximité de la forêt qui lui a fait place. On peut également lire ce texte comme un manifeste politique qui évoque des solutions concrètes pour les cités de demain.

Dans la vallée décharnée de Tom Bouman (États-Unis), à paraître le 4 octobre : Henry Farrell est le seul policier de Wild Thyme, une petite ville très calme de Pennsylvanie, où tout le monde se connaît. Mais dès lors que les compagnies pétrolières se sont installées sur le territoire, l’ambiance entre voisins a changé. Ensuite, la drogue s’est fait une place. Rapidement, la découverte d’un cadavre fait resurgir les règlements de compte. (Thriller)

Aux Éditions du Cerf :

Dieu en automne, Paris, septembre 1792 de Christophe Langlois, à paraître le 25 août : À la fin de l’été, je passais chaque jour devant l’église des Carmes, à Paris. Un matin, j’y suis entré. En ces mêmes lieux, le dimanche 2 septembre 1792, cent soixante prisonniers entassés là depuis trois semaines ont trouvé la mort dans le jardin attenant. On appelle cet épisode les « Massacres de Septembre ». Ces hommes ont leur nom sur un mur de l’église. Sans crier gare, pendant que j’explorais les tableaux, voilà qu’ils se tenaient dans mon dos. Assis, allongés, à genoux, ils attendaient ; je retenais mon souffle. Tout a commencé avec l’émotion de ce jour. Soudain, en plein Paris, l’Histoire n’apparaissait plus comme une chose faite, mais elle cherchait à nouveau son chemin, dans l’indécision du présent, le tremblé de l’heure. J’ai voulu redonner vie à l’un de ces noms. Voici l’histoire du jeune abbé Gabriel Fougère, assassiné à 20 ans pour avoir préféré Dieu.

Rayé de la carte : sur les traces du Louvre oublié de Jonathan Siksou, à paraître le 25 août : Les mots survivraient-ils mieux que les pierres ? La littérature aurait-elle le pouvoir de combler les silences de l’Histoire ? Au centre de la France, pays patrimonial, il y a Paris, cité conservatoire. Mais au cœur de l’une et de l’autre, subsiste un trou noir. En rasant l’antique quartier du Louvre, Napoléon III a effacé huit siècles de chroniques politiques, artistiques et populaires qui ont décidé du visage de notre pays. Voici le récit d’une mémoire engloutie. S’inscrivant dans le sillage des grands promeneurs de la capitale, Jonathan Siksou ressuscite les Valois et les Sans-Culottes, Tallemant des Réaux et Balzac, les courtisanes et les charretiers au fil des ruelles disparues, des églises détruites et des cabarets défunts. Lui font escorte poètes et chansonniers, architectes et pastellistes qui disent la vie et la mort d’un lieu qui n’est plus. Le questionnement du narrateur d’aujourd’hui orchestre la polyphonie du passé. Et s’il n’y avait de vraie nostalgie que l’impossible souvenir ?

Aux Éditions Agullo :

188 mètres sous Berlin de Magdalena Parys (Pologne), à paraître le 7 septembre : Berlin, 1998. Klaus Kreifeld reçoit la visite d’un certain Foerster, accompagné de son garde du corps. Peu après, il est assassiné. Vingt ans auparavant, en 1981, Klaus avait été chargé de diriger la construction d’un tunnel de 188 mètres de long entre Berlin Ouest et Berlin Est. L’objectif officiel de l’opération était d’organiser l’évasion d’un haut fonctionnaire communiste, le trouble Franz. Peter, un des membres de l’équipe ayant participé à la mise en œuvre de cette entreprise périlleuse, décide de mener l’enquête pour découvrir le meurtrier de son ami. Persuadé que la mort de Klaus est liée au tunnel, il retrouve ses camarades de l’époque et recueille leurs témoignages pour tenter de faire toute la lumière sur cette étrange aventure souterraine. Après toutes ces années, il reste encore beaucoup de zones d’ombre. Comment se fait-il que le tunnel ait été creusé pour un seul homme ? Pourquoi la NBC voulait-elle filmer l’évasion ? Pourquoi les membres de l’équipe ont-ils été aussitôt interceptés et interrogés par les Américains ? Un accord avait-il été conclu entre les services secrets est-allemands et les renseignements occidentaux ? Dans quel but ? Au fur et à mesure qu’il déroule la pelote de cette intrigue, Peter va découvrir une réalité bien plus complexe qu’il ne l’imaginait. Et s’ils avaient tous été manipulés ? (Thriller)

Aux Éditions L’Harmattan :

Marengo Marengo de Magali Hack, à paraître le 2 septembre : Qu’est devenu Meursault, le personnage de Camus au destin réinventé ici ? Condamné à mort pour le meurtre de l’Arabe, il a finalement été interné dans un centre de soins de la métropole. Le temps a passé. Sa fille nous entraîne à la découverte de son quotidien et de sa relation avec son père. Très vite, Meursault et elle sont embarqués dans un voyage, une véritable quête dans l’intériorité des êtres. Marengo Marengo, variation littéraire de L’Étranger, propose au lecteur une nouvelle approche de ce classique de la littérature française.

Comme une aube encore barbouillée de nuit de Christiane Charvet-Bernard, à paraître le 2 septembre : Qu’est devenu Meursault, le personnage de Camus au destin réinventé ici ? Condamné à mort pour le meurtre de l’Arabe, il a finalement été interné dans un centre de soins de la métropole. Le temps a passé. Sa fille nous entraîne à la découverte de son quotidien et de sa relation avec son père. Très vite, Meursault et elle sont embarqués dans un voyage, une véritable quête dans l’intériorité des êtres. Marengo Marengo, variation littéraire de L’Étranger, propose au lecteur une nouvelle approche de ce classique de la littérature française.

Aux Éditions Mnémos :

Le Nordique : chroniques retrouvées du dernier convoi d’Olivier Enselme-Trichard, à paraître le 19 octobre : Imaginez cent mille convois, une expédition que l’horizon ne peut contenir. Des collines orientales aux déserts septentrionaux, ils sont le Nordique, le pèlerinage le plus démesuré du Grand Continent. Pèlerins, milices, naturalistes, ouvriers, élites forment cet équipage, tracté par des machines titanesques. Les témoins sont peu nombreux. Une voie seule s’élève dans cette épopée mystérieuse, celle de Cahnis. Dans ses carnets, il croque la splendeur des paysages et la singularité des peuples. Il témoigne avec panache et finesse des enthousiasmes, des contradictions, du gigantisme et de la folie d’une expédition dont les intentions lui échapperont jusqu’au bout… Une fresque éclatante racontée dans un livre aux illustrations hallucinantes. (Imaginaire)

5 réflexions sur “Rentrée littéraire 2017 côté premier roman #10

  1. Pingback: Rentrée littéraire 2017 côté premier roman #11 | Adepte du livre

  2. Pingback: Rentrée littéraire 2017 côté premier roman #12 | Adepte du livre

  3. Pingback: Rentrée littéraire 2017 côté premier roman #13 | Adepte du livre

  4. Pingback: Rentrée littéraire 2017 côté premier roman #14 | Adepte du livre

  5. Pingback: Rentrée littéraire 2017 côté premier roman #15 | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s