Home

écorces de xavier gloubokiiDu 2 janvier, date officielle de son lancement, à fin février, 517 romans de littérature française, littérature francophone et littérature étrangère, publiés par de grandes maisons d’édition ou de petits éditeurs indépendants, vont paraître à l’occasion de la rentrée littéraire d’hiver 2017. Si cette rentrée littéraire de janvier est particulièrement resserrée par rapport aux années précédentes, le nombre de premiers romans restent relativement stable.

La traditionnelle présentation sur Adepte du livre de la rentrée littéraire côté premier roman s’attachant tant à la littérature générale qu’à la littérature de genre (thriller,science fiction, érotique…) dans un esprit d’ouverture des genres et des frontières littéraires, ce seront, bien au-delà des 66 premiers romans annoncés, plus de 100 primo-romanciers qui seront mis en lumière chaque jour jusqu’au coup d’envoi de la rentrée littéraire de janvier 2017.

Après les premièredeuxièmetroisième et quatrième sélections de la rentrée littéraire d’hiver, voici la cinquième sélection des nouvelles plumes à paraître d’ici moins d’une semaine.

Alors, lecteurs en tous genres, liseurs de tous horizons, impatients découvreurs de nouvelles saveurs et peut-être des best-sellers de demain, êtes-vous prêts à vous offrir de l’inattendu, du jamais lu  ? Read-y ? À vos marque-pages, prêts, lisez !

Aux Éditions Albin Michel :

  • Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh, à paraître le 1er février : 1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son tatouage énigmatique sur le bras. C’est le début d’un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de sa propre histoire, et quitter à jamais l’enfance. Comment trouver son chemin dans un monde dévasté par la guerre ? Avec une sensibilité infinie, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d’une enfant prise dans la tourmente de l’Histoire. Un premier roman magistral.
  • Le bel avenir de Robin Kirman (États-Unis), à paraître le 1er février : Ils étaient jeunes et promis à un bel avenir. C’était avant que l’une de leurs camarades, étudiante comme eux dans une prestigieuse fac américaine, ne soit assassinée sur le campus. Cette tragédie, et le scandale médiatique qu’elle a provoqué, hante toujours Georgia, Charlie et Alice. D’autant que les soupçons visant l’un de leurs professeurs, un homme charismatique et brillant, n’ont jamais prouvé sa culpabilité. Tandis qu’ils sont confrontés aux défis de l’âge adulte et cherchent une explication aux mystères qui entourent le meurtre, ils découvrent peu à peu que leur amitié est faite de secrets et de mensonges. Robin Kirman saisit parfaitement les conflits moraux de ses personnages. Comparé à Le Maître des illusions, il plaira notamment aux lecteurs de Donna Tartt donc, mais aussi de Meg Wolitzer (Les Intéressants) et Jeffrey Eugenide (Virgins Suicides).
  • La guerre invisible de Drew Chapman (États-Unis), à paraître le 1er février : À vingt-six ans, Garrett Reilly est le plus brillant analyste obligataire de Manhattan. Et lorsque ce petit génie des chiffres, amoral et antimilitariste convaincu, s’aperçoit que la Chine est en train de revendre en masse des bons du Trésor américains, il flaire la bonne affaire… Mais c’est sans compter l’honnêteté de son confident et mentor, Avery Bernstein, qui contacte aussitôt la Defense Intelligence Agency. Recruté de force, Garrett Reilly se retrouve malgré lui au cœur d’une guerre d’un genre nouveau. Car l’attaque du Trésor américain n’est pas un acte isolé et un krach mondial se profile, d’une ampleur sans égale… Quand Octobre rouge rencontre Hackers : avec La Guerre invisible, Drew Chapman révolutionne le thriller international. Des bureaux de Wall Street aux casinos de Las Vegas en passant par les faubourgs de Pékin, un roman visionnaire et terriblement stimulant.
  • Là où se croisent quatre chemins de Tommi Kinnunen (Finlande), à paraître le 2 février : Au nord de la Finlande, un village perdu au cœur de la taïga voit se nouer le destin d’une famille. Tout commence en 1895 avec Maria, qui élève seule sa fille et à qui la profession de sage-femme assure une certaine indépendance. Dans l’ombre de sa mère, Lahja cherche quant à elle à s’affirmer en réalisant son rêve : fonder un foyer. Mais Onni, l’homme qu’elle a choisi, revenu de la guerre en héros, cache un secret qui compromet toute promesse de bonheur. Des décennies plus tard, en s’installant dans la maison familiale, Kaarina, leur belle-fille, va faire tomber silences et non-dits transmis de génération en génération… À travers la voix de ses quatre personnages, Tommi Kinnunen réussit une fresque intimiste bouleversante, véritable portrait de la société finlandaise au XXe siècle. Élu meilleur livre 2014 par le Finnish Grand Journalism Prize, ce premier roman remarquable révèle un immense talent.

Aux Éditions Liana Levi :

  • Principe de suspension de Vanessa Bamberger, à paraître le 3 janvier : « 10% de talent, 90 % d’efforts. » C’est la devise de Thomas pour défendre son usine et ses salariés. Depuis qu’il a racheté Packinter, une PME de la filière plastique, il lutte pour conjurer le déclin de l’industrie dans sa région du Grand Ouest. Un hiver pourtant tout bascule, et il se retrouve dans la chambre blanche d’un service de réanimation, relié à un respirateur. À ses côtés, Olivia, sa femme, attend son réveil. Calme, raisonnable, discrète. Comme toujours. Dans ce temps suspendu, elle revit les craintes des ouvriers, les doutes de Thomas, les trahisons intimes ou professionnelles qui les ont conduits jusqu’à ce grand silence, ce moment où se sont grippés le mécanisme des machines et la mécanique des sentiments. Parce que la vie s’accommode mal de l’immobilisme, il faut parfois la secouer un peu, selon le « principe de suspension ». Un premier roman juste et subtil sur le blues du petit patron et le fragile équilibre du couple.
  • Gabacho d’Aura Xilonen (Mexique), à paraître le 19 janvier : Liborio n’a rien à perdre et peur de rien. Enfant des rues, il a fui son Mexique natal et traversé la frontière au péril de sa vie à la poursuite du rêve américain. Narrateur de sa propre histoire, il raconte ses galères de jeune clandestin qui croise sur sa route des gens parfois bienveillants et d’autres qui veulent sa peau. Dans la ville du sud des États-Unis où il s’est réfugié, il trouve un petit boulot dans une librairie hispanique, lit tout ce qui lui tombe sous la main, fantasme sur la jolie voisine et ne craint pas la bagarre… Récit aussi émouvant qu’hilarant, Gabacho raconte l’histoire d’un garçon qui tente de se faire une place à coups de poing et de mots.
  • Écorces de Xavier Gloubokii, à paraître le 2 février : On la croyait éternelle, invulnérable, la forêt. Pourtant le béton grignote la vallée et, sur les hauteurs, les scieries débitent à tout va. Comme tout le monde dans le Comté, Ahmed, le shérif, ne peut que constater les dégâts. À l’aube d’un second mandat, il navigue, mélancolique, entre ses souvenirs, les nuits avec Maria et le maintien de l’ordre dans ce trou où d’ordinaire rien ne se passe, ou si peu. Mais au seuil de l’été brûlant, tout se détraque. Une bande d’écolos radicaux déguisés en arbres débarque en ville pour s’opposer au massacre des bois. Bientôt, ceux-ci recrachent en lisière les dépouilles d’animaux atrocement mutilés. Alors Ahmed trace sa piste au plus profond de la nature, sauvage, sublime, oppressante. Ce roman aux faux accents de polar dégage une inquiétante étrangeté et une intensité hors du commun. Un hommage aux paysages aimés voués à disparaître.

Aux Éditions XO :

  • Cavale de Virginie Jouannet, à paraître le 19 janvier : Pendant deux heures, Jeanne a perdu la mémoire. Elle se réveille aux côté de son mari, poignardé à mort. Ignorant l’identité de l’assassin, rapidement épiée et traquée, elle décide de fuir dans l’espoir de retrouver la mémoire. Elle trouve refuge au Singe, petit hôtel d’une station balnéaire de l’Atlantique. C’est alors que ses souvenirs d’enfance viennent la hanter. Thriller.

Aux Éditions Carnets Nord :

  • Marguerite de Jacky Durand, à paraître le 26 janvier : Août 1939. Qui peut se douter de ce qui va se déchaîner, dévaster tant de vies ? Marguerite est à son bonheur, son mariage avec Pierre, son amour de jeunesse. Un mois de lune de miel dans leur petite maison de l’est de la France. Puis Pierre est mobilisé. La France est occupée. Marguerite va devoir affronter la solitude, la dureté d’un monde de plus en plus hostile, mais aussi découvrir sa propre force, l’amitié, les émotions qui l’agitent. Au contact de Raymonde, la postière libérée des contraintes sociales, d’André, le jeune Gitan qu’elle protège, ou encore de Franz, un soldat allemand plein d’humanité, elle devient peu à peu maîtresse de sa vie, de son corps et de ses sentiments. Un roman d’une grande sensibilité sur la révélation à soi d’une femme seule pendant la guerre, sur l’affirmation de sa liberté aux heures les plus sombres de son siècle.

Aux Éditions Terra Nova :

  • Personne n’a oublié de Stéphanie Exbrayat, à paraître le 1er février : 1962. Dans une ferme du Morvan, Sam, 8 ans, meurt le crâne fracassé contre les pavés de la grange familiale. Sa mère Colette ne peut croire à un accident et soupçonne François, son mari, un homme violent au passé trouble, de ne pas être étranger au drame. Elle confie ses doutes à Madeleine, son amie et voisine. Les deux femmes s’engagent dans une dangereuse quête de vérité. Thriller.

6 réflexions sur “Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #5

  1. Pingback: Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #6 | Adepte du livre

  2. Pingback: Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #7 | Adepte du livre

  3. Pingback: Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #8 | Adepte du livre

  4. Pingback: Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #9 | Adepte du livre

  5. Pingback: Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #10 | Adepte du livre

  6. Pingback: Rentrée littéraire d’hiver 2017 côté premier roman #11 | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s