Home

egon schiele vivre et mourirPrésentation de l’éditeur : Dans l’ombre menaçante d’une Première Guerre mondiale, Vienne étale sa splendeur artistique. Un jeune homme ardent et fébrile se jette à corps perdu dans la peinture, encouragé et soutenu par Gustav Klimt. Egon Schiele pense pouvoir vivre et peindre en toute liberté, mais il va se heurter à ceux qu’il scandalise. « Je suis à bout, je vous dis, je me sens si misérable ! J’ai passé 24 jours en prison, n’êtes-vous pas au courant ? J’ai tout souffert… »

Éditions Casterman – 72 pages

Depuis le 23 mai 2012 en librairie.

Archive du blog Gwordia

Ma note : 4 / 5

Album : 18 euros

Pour sa première bande dessinée, Xavier Coste a mis sa plume et son pinceau au service de l’existence d’une figure de proue de l’art moderne autrichien. Egon Schiele Vivre et mourir (prononcer chi-leu) part à la découverte biographique de ce peintre qui, en seulement vingt-huit années, a marqué de son influence l’art du XXe siècle.

Ce portrait romancé prend le parti de ne faire aucune évocation du patrimoine artistique du peintre, fourni malgré sa disparition précoce (1890 – 1918), fauché par la grippe espagnole. Privilégiant le rapport de l’esthète dandy aux femmes, aux critiques et à ses pairs, il offre la vision d’un homme excessif, tourmenté, aussi détestable que fascinant. Bref, un artiste, avec tout ce que cette définition implique de talent, d’égo et d’émotion. Un homme qui révolte mais auquel on s’attache.

Le graphisme élégant et sombre est un hommage sensible et percutant à ce peintre provocant qui fit scandale à son époque (il fut brièvement emprisonné pour pornographie) et de manière indirecte à Gustav Klimt qui l’a révélé. Xavier Coste livre ici une première œuvre époustouflante, augurant un talent à surveiller de près.

Vous aimerez sûrement :

Dalí par Baudoin, Thoreau La vie sublime de A. Dan et Maximilien Le Roy, Nietzsche Se créer liberté de Maximilien Le Roy et Michel Onfray, Olympe de Gouges et Kiki de Montparnasse de Catel & Bocquet, En cuisine avec Alain Passard de Christophe Blain, Brassens ou la liberté de Clémentine Deroudille et Joann Sfar, Isadora Duncan de Jules Stromboni et Josepha Mougenot…

3 réflexions sur “Egon Schiele Vivre et mourir de Xavier Coste

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s