Home

enig marcheurPrésentation de l’éditeur : Dans un futur lointain, après que les feux nucléaires aient ravagé le monde – le Grand Boum -, ce qui reste des hommes est retombé à l’âge de fer, leur survie sans cesse mise en péril par les chiens mangeurs d’hommes et les autres clans. La gnorance, la preuh et les superstitions ont pris le pouvoir. La langue n’est désormais plus qu’un patois menaçant et vif dans lequel subsiste par fragments les connaissances du passé. C’est là qu’Enig Marcheur, douze ans, va prendre la décision inédite de coucher par écrit les aventures hors normes qu’il mène à la poursuite de la Vrérité en revenant sur les pas des hommes à l’origine du Sale Temps. Road-moavie monty-pychonesque, Enig Marcheur est avant tout une oeuvre profondément humaine qui s’interroge tout à la fois sur la survie, les croyances, la politique, la manipulation et l’espoir. Raconté avec les mots d’un enfant dans la seule langue qu’il connait, ce livre propose un voyage intimiste d’une rare intensité dans des contrées menaçantes. Publié pour la première fois en 1980, qualifié de chef d’oeuvre, de livre culte et classique, ce roman post-apocalyptique, défi de traduction à la croisée des univers de Vonnegut, Pynchon, Self et McCarthy, est pour la première fois proposé en parlénigm.

Traduit du riddleyspeak (Anterre) par Nicolas Richard.

Éditions Monsieur Toussaint Louverture – 289 pages

Depuis le 24 octobre 2012 en librairie.

Archive du blog Gwordia

Ma note : 3,5 / 5

Broché : 20 euros

Avant de lire Enig Marcheur de Russel Hoban, je pensais, comme à n’en pas douter nombre de lecteurs, qu’il n’y avait que deux sortes de livres : ceux que l’on a aimés, dont on se souviendra et ceux que l’on n’a pas appréciés, que l’on a peut-être même pas finis et que l’on oubliera. Une dichotomie à laquelle on peut ajouter une subdivision si l’on prend en compte la portion non négligeable de livres qui nous ont fait passer un agréable moment mais dont on ne garde au final pas le moindre souvenir.

Enig Marcheur m’a fait prendre conscience de l’existence d’une autre catégorie de livres. Ceux qui, indifféremment à la perception, à l’appréciation, s’ancrent dans les souvenirs de manière indélébile. Qu’on les adore ou qu’on les déteste, qu’on les lise du début jusqu’à la fin ou qu’on ne fasse que les effleurer, jamais, ils ne sortent jamais plus des esprits qu’ils ont touchés. Ils restent définitivement gravés en mémoire.

Mais alors, pour quelles raisons des livres tels Enig Marcheur s’inscrivent-ils dans les annales littéraires ? Tout simplement parce qu’il s’agit de véritables Objets Littéraires Non Identifiés. Des livres absolument conceptuels qui, sans forcément révolutionner les Lettres, marquent en avant et un après.

Sur le fond, Enig Marcheur n’a ainsi rien d’excessivement original : un roman d’anticipation post-apocalyptique – un de plus -, une quête initiatique – nullement la première -, une critique de l’Homme et des sociétés – déjà vu ! Rien donc ne semble différencier cette dystopie des autres du genre. Et pourtant. Si Enig répond dans les grandes lignes aux classiques, sa forme, elle, est bien unique.

Russel Hoban a su faire de son roman une création digne de l’OuLiPo, un livre original écrit de bout en bout dans une langue artificielle : le parlénigm. Car qu’on se le dise, la langue, à l’instar de l’humain, n’est nullement figée dans le temps ni dans l’espace. Le vieux Français ou encore le langage SMS suffisent à le prouver.

Si ce sabir semble a priori sceller l’impénétrabilité du roman, l’adaptabilité – faculté dit-on première de l’homme – prend vite le pas et l’œil fait très rapidement la mise au point. La langue hors norme devient quasi instantanément naturelle.

Alors certes, la lecture est tout de même un brin plus ardue et nécessite un effort de concentration spécifique. Mais si l’on lit incontestablement plus lentement qu’habituellement, on le lit bel et bien ce parlénigm ! Saluons d’ailleurs la prouesse du traducteur !

L’on pourrait penser que le message nécessitant l’invention d’un dialecte est pour le moins crucial. Mais, comme énoncé ci-dessus, le fond d’Enig n’a pas vocation à bouleverser l’ordre établi. Simplement à rappeler à l’homme qu’il court à sa perte et que si l’occasion lui était donnée, il recommencerait certainement encore et encore, il reproduirait sempiternellement les mêmes erreurs (guerre, nucléaire, pouvoir, conquête…). Fatalisme ou réalisme ? A tout le moins, désespérant…

Ce qui serait vraiment révolutionnaire serait la prise de conscience… Mais cela signifierait que l’homme n’est pas naturellement mauvais… Improbable, n’est-il pas ?

Quoiqu’il en soit, l’expérience d’Enig Marcheur vaut vraiment le coup d’œil, ne serait-ce que pour voir si l’on est bien capable de le prendre ; le coup.

« C’est un livre sur l’illusion du progrès, un livre sur ce rêve humain et confus qu’est l’Histoire, un livre sur les différentes facettes de la conscience. C’est un livre grandiose, un livre exigeant, un livre déstabilisant. » Will Self

Vous aimerez sûrement :

Là où vont nos pères de Shaun Tan, Peste de Chuck Palahniuk, Lunerr de Frédéric Faragorn, Enfants de la paranoïa de Trevor Shane…

Extraits :

Ce n’est pas un livre sur le passé travesti en roman sur l’avenir. C’est un livre sur l’illusion du progrès, sur ce rêve collectif et confus que l’humanité nomme «Histoire», sur ce que pourrait être la conscience. (Préface de Will Self)

Elle m’a chanté ça à l’oreille en suite on est partis de jambon l’air en ho du poss de garde. Elle été la plus vieille de notre foul mais sa voyx été pas vieille. Du coup le ress d’elle a semblé jeune un moment. C’été une froa nuyt mais ça a chauff dans ce sac a pionce.

Bon je peux pas être sûr si j’avais la moindr de ces ydées à l’espryt àvant qu’elle m’en parl mais depuis on diré que ça a tout jour été là. On diré que j’ai tout jour pensé à cette chose en nous qui nous pense mais qui pense pas comme nous. Notre vie en tiers est une ydée quon a pas pensé on sait pas nonplus ce que c’est. Tu parles d’une vie.

C’est pour ça que final ment j’en suis venu à écrire tout ça. Pour penser à ce que l’ydée de nous purait être. Pour penser à cette chose qu’est en nous ban donnée et seulitaire et ivrée à elle même.

Je pense que ça fait pas de diff errance par où on des bute quand on narr une chose. On sait jamais où ça a des butté vrai ment. Pas plus qu’on sait où on a des buté soi même. On peut bien çavoir le lieu et le jour et l’heure du jour de sa naissence. On peut même çavoir le lieu le jour et l’heure où on a été eu. N’en pêche ça veut rien dir. On sait pas pour au temps où on a des buté.

Les ptits Môm zantant en conrt bas. Jouant à la Meute Noire :

Plaie Lune Plaie Lune

Plaie Lune ta la frouss

Suiveuri Suiveurou à tes trouss

Ou hou hou Youp Yarou

Suiveuri Suiveurou suiveur jusqu’où

S’ils te trappent tu sais

Tu seras en gloupsé

L’en demain matin en me rveillant j’ai a 1/2 cru que peu dêtre ça avété un rêve. Comme quand quelq chose de rible rive dans un rêve en suite tu te rveilles et cété rien quel soulâge ment. Mais quand eum suis rveillé à fond cété bien là. Non pas que cété si très rible mais cété pas rien non plus.

Jai fait entrer Lecouteur et l’ai couvert avec son sac à pionce en suite je l’ai peu lotoné au mi lieu de tous les chiens mouillés. Au chauff et tout confor en plus la schlingue c’été quelq chose qui pouvé te des foncé même pas bsoin de fhumer. Au bout d’un tant eum suis dit quil y avé peu dêtre aussi une aurt odeur là dedans mais j’ai papu dire ce que cété. J’ai comptine hué à radariser tentif un long long tant en suite eum suis dit que j’allé moi aussi me prendre un peu de somnol.

Couac tu cherch tu en trouvveras jamais le des buts c’est pour ça que tu riveras tout jour trop tard. La seule chose que tu trouvveras cest la fin des choses. Couac il rivera ce sera  ce que tu voulé pas qu’il rive. Touss qui rivera pas ce sera ce que tu voulé qui rive. A toi de choizir à ta guiz tu auras ce que tu veux pas.

De fil en aiguille, ce langage vernaculaire avec lequel je me suis retrouvé a fini par me sembler parfaitement plausible ; la langue n’est pas un monolithe, et les mots charrient souvent des sens tombés depuis longtemps en désuétude. Le langage n’Enig n’est au fond qu’une version effondrée et tordue de l’anglais classique, si bien qu’en prononçant à voix haute et avec un peu d’imagination le lecteur devrait être capable de le compendre. Techniquement parlant, cela correspond bien à l’histoire car cela ralentit le lecteur au rythme de compréhension du héros. (Postaface de Russel Hoban)

Un grand merci aux Éditions Monsieur Toussaint Louverture pour m’avoir offert la possibilité de découvrir ce livre hors norme.

2 réflexions sur “Enig Marcheur de Russel Hoban

  1. Pingback: Tout ce qui est solide se dissout dans l’air de Darragh McKeon | Adepte du livre

  2. Pingback: Hobboes de Philippe Cavalier | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s