Home

avant d'aller dormirPrésentation de l’éditeur : La révélation 2011 du thriller. Un premier roman que les amateurs du genre n’oublieront pas. À la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent. Ne le dis à personne d’Harlan Coben, Shutter Island de Dennis Lehane,Tokyo de Mo Hayder… Il est des livres dont la publication marque irrémédiablement le genre et hisse leur auteur au rang des incontournables du polar. Gageons qu’Avant d aller dormir de S.J. Watson va tout de suite aller rejoindre ce cercle très fermé. Avec une héroïne à laquelle on s’attache instantanément, un récit à la construction aussi machiavélique qu’époustouflante et un suspense de tous les instants, une seule question hante l’esprit du lecteur une fois la dernière page refermée : à quand le prochain Watson ? Les éditeurs évoquent souvent « un livre qu’on ne peut pas lâcher ». Voici un livre qu’on ne peut véritablement pas lâcher !

Traduit de l’anglais par Sophie Aslanides.

Éditions Sonatine – 410 pages

Depuis le 5 mai 2011 en librairie.

Archive du blog Gwordia

Ma note : 4,5 / 5

Broché : 21 euros

Poche : 7,60 euros

Ebook : 9,99 euros

Avant d’aller dormir de S.J. Watson est de ces romans qui ont fait beaucoup de bruit au moment de leur sortie. Salué par la critique, vanté par des pointures tels Sophie Hannah, Denis Lehane, Harlan Coben ou encore Mo Hayder – excusez du peu – et encensé par les lecteurs, ce n’est pourtant pas sans appréhension que j’ai abordé cette lecture. Déjà parce que plus on parle d’un livre, plus les attentes deviennent démesurées et sont donc souvent déçues. Ensuite parce que je ne suis pas férue du genre et qu’à force de lire les mots « angoisse », « stress » et autre qualificatifs anxiogènes, j’étais a priori passablement tendue ; sensation que je ne convoite pas particulièrement au moment de m’abandonner aux bras de Morphée.

Mes doutes se sont pourtant progressivement dissipés au fil du récit et c’est enchantée que j’ai achevé, plus que rapidement, ce thriller psychologique. Petit conseil à toutes les personnes qui seraient tentées par cette lecture : évitez de l’entamer une veille de jour travaillé sous peine de n’être pas vraiment productif… Une fois amorcé, impossible de se défaire de ce page turner.

Watson plonge le lecteur dès les premières lignes dans le présent incessant de Chris. Amnésique depuis une vingtaine d’année, chaque nuit efface sa mémoire. Ses seuls souvenirs sont ceux qu’elle retranscrit dans son journal qu’il lui faut relire chaque matin. Le rythme, parfaitement maîtrisé, permet d’évoluer en symbiose avec les émotions de la protagoniste.L’on mène donc, à ses côtés, l’enquête de sa propre vie et c’est avec elle que l’on affronte les incohérences entre ses mémoires et ce que lui raconte son entourage. Dès le début, le doute est semé et il ne nous lâche pas de tout le récit…

Bien que très exploitée, l’idée de l’amnésie est ici traitée avec beaucoup d’originalité et l’auteur la développe à merveille. Même si chaque matin, l’on repart à zéro, l’écueil de la répétition est magistralement évité. J’ai tenté de trouver des incohérences tant il est difficile de ne pas commettre ne serait-ce qu’un tout petit impair dans ce genre de narration mais rien à faire, l’intelligence de l’auteur est d’autant plus surprenante que ce texte est son premier roman !

Je ne le qualifierais pourtant pas d’angoissant. La tension va certes crescendo mais elle n’est pas insoutenable et la violence gratuite n’a pas droit de cité. La définition la plus juste à mon sens serait : une première oeuvre glaçante très prometteuse, menée tout en finesse, dont les droits d’adaptation ont d’ores et déjà été achetés par Ridley Scott. Gageons qu’avec un tel scénario, le passage de l’écrit à l’écran sera une réussite.

Ma seule réserve sera pour les adeptes de l’angoisse menée sur un rythme trépidant. La dimension thriller n’arrivant que tardivement dans le récit, ils seront certainement déçus. Il n’y a pour autant aucune sensation de longueur

Vous aimerez sûrement :

La vie d’une autre de Frédériques Deghelt, La fille américaine de Monica Fagerholm, À moi pour toujours & Les revenants de Laura Kasischke, 658 de John Verdon, L’arbre au poison d’Erin Kelly, Le dîner d’Herman Koch, Vengeances de Philippe Djian, Shutter Island de Denis Lehane…

Extraits :

Je suis né demain

Aujourd’hui je vis

Hier m’a tué.

Parviz Owsia

Je n’arrive pas à imaginer comment je supporterai de découvrir que ma vie est derrière moi, qu’elle s’est déjà déroulée et qu’il n’en reste pas une trace. Pas de coffre aux trésors plein de souvenirs, pas la moindre richesse issue de l’expérience, pas de sagesse accumulée à transmettre. Que sommes-nous d’autre que la somme de nos souvenirs ?

Un grand merci à Sonatine Éditions & aux Éditions Pocket pour m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce livre en avant-première de la sortie poche.

8 réflexions sur “Avant d’aller dormir de S.J. Watson

    • Ce n’est pas non plus ce que je préfère. Cela étant, je dois avouer que depuis ma participation au Grand Prix des Lectrices de Elle, j’en lis plus souvent. C’est assez usant parce que c’est la logique de page turner, on veut à tout prix savoir. D’où une consommation parcimonieuse. Mais désormais régulière donc. Par contre, c’est SP ou emprunt pour ce registre. Je réserve mes rares sous au roman ;)
      Pour ce qui est du second roman, je ne crois pas avoir l’occasion de le lire mais je guetterai les avis. Parce que quand même, le premier était vraiment hors norme pour le genre et résolument bon.

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: L’illusion délirante d’être aimé de Florence Noiville | Adepte du livre

  2. Pingback: Une autre vie de S. J. Watson | Adepte du livre

  3. Pingback: Appelez-moi Lorca Horowitz d’Anne Plantagenet | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s