Home

ameliaPrésentation de l’éditeur : À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. En dépit d’un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l’écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n’ont pas de secrets l’une pour l’autre. C’est en tout cas ce que croit Kate, jusqu’à ce matin d’octobre où elle reçoit un appel de l’école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu’elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d’ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amelia a sauté du toit de l’établissement. Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours ? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d’accepter l’inacceptable… Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : « Amelia n’a pas sauté. » Obsédée par cette révélation, Kate s’immisce alors dans la vie privée de sa fille et réalise bientôt qu’elle ne la connaissait pas si bien qu’elle le pensait. À travers les SMS, les mails d’Amelia, les réseaux sociaux, elle va tenter de reconstruire la vie de son enfant afin de comprendre qui elle était vraiment et ce qui l’a poussée à monter sur le toit ce jour-là. La réalité qui l’attend sera beaucoup plus sombre que tout ce qu’elle avait pu imaginer.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Élodie Leplat.

Éditions Le Cherche Midi – 523 pages

À paraître le 27 août 2015 en librairie.

Ma note : 5 / 5 mention Coup de cœur

Broché : 21,50 euros

Ebook : 16,99 euros

Exit le journal intime papier fermé à l’aide d’une petite clé que l’on garde précieusement autour du cou ou dans une cachette secrète ! Finies, les messes basses à la récré ou en classe quand le prof a le dos tourné ! Adieu, les histoires de gosses et autres enfantillages dans le vase clos de microcosmes scolaires !

Avec Amelia, bienvenue dans la vie privée et la rumeur 2.0 ! Welcome dans la haine sans frontières physiques et donc psychiques où les autres lavent votre linge sale, réel comme monté de toutes pièces, devant tout le monde virtuel !

C’est bien la cruauté qui est au cœur du premier roman ultra-contemporain de Kimberly McCreight. Dressant à rebours le portrait nuancé d’une jeune fille d’aujourd’hui qui n’aurait jamais du mourir si jeune, l’auteur éclaire le malaise adolescent sous le jour du XXIe siècle, version jeunesse dorée. Si l’on pense dès lors forcément à Gossip Girl, précisons que les fans adoreront sans pour autant avoir une sensation de doublon.

Au travers d’un récit alterné entre le point de vue d’Amelia avant sa mort à la première personne, le présent et le passé de sa mère célibataire carriériste Kate à la troisième personne et entre ces deux angles narratifs, des sms et statuts Facebook de l’adolescente et les billets d’un blog de commérages anonyme, le problème du cyber-harcèlement est abordé brillamment.

Des conclusions de l’enquête au suicide à partir desquelles la maman d’Amelia doit composer, en plus du légitime chagrin, avec la culpabilité de n’avoir rien vu venir et d’avoir cru connaître sa fille, à la thèse du meurtre, le pas est vite franchi, les théories se multiplient et le lectorat d’être ballotté de mystères en rebondissements. L’écrivain laissera certaines questions en suspens auxquelles le lecteur intuitif saura cependant aisément répondre.

Au-delà d’une intrigue savamment orchestrée dans une atmosphère pesante, la grande force de la primo-romancière réside certainement dans la construction de ses personnages. Avec une finesse psychologique certaine, elle dresse une galerie de portraits crédibles, variés, que l’on adore ou que l’on déteste mais qui ne laissent nullement indifférent et ne doivent rien au hasard. Le plus touchant de tous étant bien évidemment celui d’Amelia dont on a beau savoir sans même lire le livre qu’elle est morte, sa part de récit au présent et au « je » en fait un personnage bien vivant. Douée d’une personnalité et d’un caractère très attachants, l’on se prête même à espérer qu’elle va s’en sortir… L’émotion n’en étant que plus grande.

Adolescence, deuil, perte de l’enfant, suicide, harcèlement, homosexualité, monoparentalité, équilibre vie professionnelle vie privée, maternité précoce, fraternités et sororitésréseaux sociaux… L’auteur balaie un large faisceau de thématiques sans que la fluidité de son récit s’en ressente.

À l’heure de l’hyper segmentation éditoriale, Amelia mérite de trôner en bonne place des mises en avant de la rentrée littéraire 2015 mais également du rayon young adult. Véritable page turner, ce drame exempt de toute sensiblerie rappellera aux adultes ce cap délicat de l’adolescence en leur offrant un éclairage sans fard sur la réalité de cet âge parfois fatal à l’aune de la génération Y, permettra aux adolescents de se sentir moins seuls et peut-être de libérer la parole entre parents et enfants.

De sa vision singulière d’un monde ultra-connecté, Kimberley McCreight donne à la Toile toute sa dimension métaphorique : si l’on peut y tisser des réseaux de connaissance(s), l’on peut aussi en devenir le prisonnier tel le moucheron dans les fils de ses prédateurs.

Des jeunes loups qui s’adonnent à des jeux de grands et de massacres sans en mesurer toutes les conséquences, des adultes censés encadrés les jeunes loin d’être au-dessus de tous soupçons, un monde où l’argent ne permet pas de mieux se protéger mais de mieux corrompre… Kimberley McCreight dépeint un monde actuel rude, sans concession. Dénonciateur sans être moralisateur, son texte conjugue avec brio suspens haletant et questionnements sur les « progrès » de la « civilisation ».

Ce chef-d’œuvre d’autant plus glaçant que très réaliste a d’ores et déjà séduit Nicole Kidman qui en a acheté les droits d’adaptation cinématographique pour en faire un film produit par HBO.

Les plus accros et les plus connectés pourront poursuivre l’aventure du roman sur la page Facebook d’Amelia Baron créée par l’éditeur.

Vous aimerez sûrement :

Muette d’Éric Pessan, Le roman de Boddah d’Héloïse Guay de Bellissen, Juste avant le bonheur d’Agnès Ledig, La Faute de Paula Daly, L’Oubli de Emma Healey, Écoute-nous de Liz Coley, Preuves d’amour de Lisa Gardner, Le dîner d’Herman Koch, Les douze tribus d’Hattie d’Ayana Matthis, Juste avant de Fanny Saintenoy, Le premier été d’Anne Percin, Ce qu’il reste des mots de Matthieu Mégevand, Dire adieu de Sophie Avon, La légende des fils de Laurent Seksik…

Un grand merci aux Editions du Cherche Midi pour m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce livre en avant-première.

14 réflexions sur “Amelia de Kimberly McCreight

  1. Pingback: Après l’amour d’Agnès Vannouvong | Adepte du livre

  2. Pingback: Là où tombe la pluie de Catherine Chanter | Adepte du livre

  3. Pingback: Plus loin, plus près de Hannah Harrington | Adepte du livre

  4. Pingback: L’illusion délirante d’être aimé de Florence Noiville | Adepte du livre

  5. Pingback: Une autre vie de S. J. Watson | Adepte du livre

  6. Pingback: L’enfant des étoiles de Dominique Chalumeau | Adepte du livre

  7. Pingback: Bilan 2015 & vœux 2016 | Adepte du livre

  8. Pingback: Appelez-moi Lorca Horowitz d’Anne Plantagenet | Adepte du livre

  9. Pingback: Bianca de Loulou Robert | Adepte du livre

  10. Pingback: Tout plutôt qu’être moi de Ned Vizzini | Adepte du livre

  11. Pingback: The Girls d’Emma Cline | Adepte du livre

  12. Pingback: Une bouffée d’air pur d’Amulya Malladi | Adepte du livre

  13. Pingback: Le parfum de l’hellébore de Cathy Bonidan | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s