Home

la fractale des raviolisPrésentation de l’éditeur : Il était une fois une épouse bien décidée à empoisonner son mari volage avec des raviolis. Mais, alors que s’approche l’instant fatal, un souvenir interrompt le cours de l’action. Une nouvelle intrigue commence aussitôt et il en sera ainsi tout au long de ces récits gigognes. Tout ébaubi de voir tant de pays, on découvre les aventures extraordinaires d’un jeune garçon solitaire qui, parce qu’il voyait les infrarouges, fut recruté par le gouvernement ; les inventions stratégiques d’un gardien de moutons capable de gagner la guerre d’Irak ; les canailleries d’un détrousseur pendant l’épidémie de peste à Marseille en 1720 ou encore la méthode mise au point par un adolescent sociopathe pour exterminer le fléau des rats-taupes. Véritable pochette surprise, le premier roman de Pierre Raufast ajoute à la géométrie rigoureusement scientifique, la collision jubilatoire du probable et de l’improbable.

Éditions Alma – 259 pages

Depuis le 21 août 2014.

Ma note : 4 / 5

Broché : 18 euros

Ebook : 12,99 euros

La fractale des raviolis. Si, a priori, le titre du premier roman de Pierre Raufast n’a aucun autre sens que celui de la fantaisie, il ne faut pas s’y fier. Hormis le fait qu’il interpelle et prête à sourire, il est le titre le plus parfait, le plus exact pour ce livre élu Talent à découvrir par Cultura.

Démarrant sur les chapeaux de roues par les pulsions meurtrières d’une femme bafouée qui a mitonné un plat de raviolis empoisonnés à l’intention de son mari infidèle sur le point de les déguster, l’action est mise en suspens. C’est tenaillé par l’envie de connaître le dénouement de cette entrée en matière que le lecteur se voit entraîné dans un second récit, qui sera lui-même interrompu au moment-clé pour laisser place à une autre histoire et ainsi de suite. Voilà pour l’explication de la fractale des raviolis !

De digression en digression, plus on avance dans le livre et plus l’on semble s’éloigner de l’histoire initiale. Pourtant, l’épilogue se rapproche bel et bien puisque, évidemment, les anecdotes sont intimement liées.

Cet enchâssement narratif dont chaque partie tient en haleine est non seulement parfaitement maîtrisé – et pourtant, le lecteur ne peut s’empêcher de tenter de prendre l’auteur à défaut -, mais pousse l’originalité jusqu’à son paroxysme puisque même le final, pourtant apparemment annoncé, surprend.

Pierre Raufast réussit la prouesse d’un premier roman brillant et étourdissant. De ces inventives matriochkas, l’auteur démontre avec humour et cynisme, que c’est moins la destination que le chemin qui importe. Pour autant, la boucle est bouclée et chacune des parties de cet exercice littéraire aux accents oulipiens trouve sa chute.

Né du rituel du soir l’obligeant à inventer des histoires à ses enfants, Pierre Raufast fait preuve d’un vrai talent de conteur dans cette Fractale des raviolis qui commence, comme il se doit, par « Il était une fois… ». De ce livre qui sort incontestablement de l’ordinaire, l’on retient les personnages hauts en couleurs et la richesse tant sur le fond que sur la forme de ses nouvelles interdépendantes. Bref, des pages que l’on dévore et un primo-romancier sur lequel garder un œil !

Vous aimerez sûrement :

La Vie de Régis de Sá Moreira, Roman de l’au-delà de Matthias Politycki, Sunset park de Paul Auster, Outre-Atlantique de Simon van Booy…

Un grand merci aux Éditions Alma pour m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce livre en avant-première.

11 réflexions sur “La fractale des raviolis de Pierre Raufast

      • très déçue par cette expérience: j’ai reçu 5 livres pour lesquels j’avais une fiche de lecture à remplir, aucun n’a eu vraiment du succès, je ne recommencerai pas.
        j’ai l’impression qu’on fait office de triage en fait, pour éviter aux professionnels de lire tous les livres qui sortent…

        J'aime

        • C’est fort possible. Étant donné la quantité de titres à paraître à cette époque, il est nécessaire d’obtenir de l’aide pour écrémer. Je pense que beaucoup de lecteurs sont satisfaits de recevoir des livres gratuitement et en avant-première. Cela étant, je partage un peu ton avis : j’ai participé à des jurys et, sans regretter ces expériences, je n’envisage pas de réitérer dans l’immédiat… et surtout, pas dans n’importe quel prix !

          J'aime

  1. Pingback: S’intéresser aux premiers romans ne suffit pas… | Adepte du livre

  2. Pingback: La variante chilienne de Pierre Raufast | Adepte du livre

  3. Pingback: La logique de l’amanite de Catherine Dousteyssier-Khoze | Adepte du livre

  4. Pingback: En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut | Adepte du livre

  5. Pingback: Rien que des mots d’Adeline Fleury | Adepte du livre

  6. Pingback: Julie’s way de Pierre Chazal | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s