Home
le cercle des femmesL’été avance et à peine plus d’un mois nous sépare de la rentrée littéraire 2014 – consultable en un clin d’œil sur la lettre du libraire. Alors que 607 romans sont annoncés, seuls 75 seront des premiers romans

Comme l’an passé, je vous rejoue mon propre festival du premier roman. Parce que j’aime toujours autant les nouvelles plumes, potentielles promesses de toutes les audaces, de tous les renouveaux littéraires. Et parce qu’il me tient toujours autant à coeur de contribuer, ne serait-ce qu’un petit peu, à la mise en lumière de nouveaux auteurs qui, contrairement aux sempiternelles têtes de gondole lues, relues et parfois peu réinventées, ne bénéficient pas de super plans de com’ pour rencontrer leur public.

Sera donc ici fait un tour d’horizon le plus complet possible des premiers romans français ou des premiers romans étrangers à paraître dès la mi-août 2014, qui sera complété tout au long de l’été. Êtes-vous prêts à vous offrir de l’inattendu, du jamais lu, lecteurs en tous genres, liseurs de tous horizons, impatients découvreurs de nouvelles saveurs et peut-être de best seller de demain ? Voici, après La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #1, La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #2, La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #3 et La rentrée littéraire côté premier roman #4, un quatrième aperçu de ces livres qui deviendront peut-être les classiques et autres incontournables des années à venir, l’amorce d’une nouvelle vague littéraire, à condition que vous leur laissiez une chance en les lisant, merci pour eux puisque c’est tout le malheur qu’on leur souhaite :

Aux Éditions Genèse :

L’homme qui ne voulait plus être roi de Joan Condijts (Belgique), à paraître le 14 octobre : Par un matin d’été, le roi des Belges quitte sa reine et son palais. Il fuit sur sa moto… ce trône qui le fatigue, cette femme qui le déçoit, cette vie royale et insensée. Une crise personnelle qui va engendrer une crise d’État. Le roi a disparu, il faut le retrouver. Le gouvernement se mobilise. Les indépendantistes du nord du royaume s’organisent. Pendant que le Premier ministre cherche son roi fugueur, le chef de l’opposition flamande fomente un coup d’État pour libérer la Flandre du « joug » belge. Le roi fonce sur sa bécane. Direction le Grand-Duché de Luxembourg. Mais sa course folle sera stoppée par une panne sèche… Perdu sur une aire d’autoroute, moqué par une maréchaussée qui ne le reconnaît pas, le monarque est embarqué par une dépanneuse à la rousseur enivrante. Il l’accompagne à travers les vallées ardennaises, dans une quête d’essence… Au sommet de l’État, la recherche du roi exhume des dossiers que la malveillance avait condamnés à l’oubli. Des secrets aussi, ignorés même du Premier ministre. De cette nuée souvent loufoque émergeront un chasseur de pigeons ou une bouffeuse de Chinois neurasthénique, des personnages baroques, des sentiments lumineux mais surtout un roi qui honorera enfin le seul rendez-vous qui vaille : le rendez-vous avec soi-même.

Aux Éditions Presses de la Cité :

La mer les emportera de Nick Dybek (États-Unis), à paraître le 21 août : Dans le Grand Nord américain, non loin de l’Alaska, les hommes de Loyalty Island partent chaque automne pêcher le crabe royal. Pendant plusieurs mois, ils bravent l’océan, au péril de leur vie, pour ramener ce qui permettra à leurs familles de survivre. Alors, quand John Gaunt, le riche propriétaire de la flotte, se meurt, c’est toute une communauté qui est menacée de disparaître. Chez les Bollings, ce décès imminent exacerbe les tensions entre les parents de Cal. Henry, son père, est obnubilé par le sort de l’entreprise, dont l’unique héritier des Gaunt ne se soucie guère. Il est prêt à tout pour sauver son avenir et celui des autres marins. Tout. Y compris les actes les plus inavouables. Mais Cal devine ses projets. Dès lors, le garçon se retrouve confronté à un insoluble dilemme. Doit-il dénoncer le héros de son enfance, ou se taire ? Des années plus tard, Cal, désormais adulte, est toujours hanté par ce choix… Un roman puissant, au style riche et évocateur, qui explore avec intelligence le bien, le mal et les multiples nuances qui les lient l’un à l’autre.

La Séparation de Dina Jefferies (Malaisie), à paraître le 9 octobre : Malaisie, 1955. De retour de chez une amie malade, Lydia trouve sa maison vide. Son mari et ses deux filles, des colons, ont fuit la guerre civile en se rendant en Angleterre. Sans aucun signe de sa famille, Lydia, désespérée, se lance dans un périlleux voyage en Malaisie pour retrouver ses filles, sans se douter qu’elles ont quitté le pays.

Aux Éditions Les Escales :

La fille du roi araignée de Chibundu Onuzo (Nigéria), à paraître le 9 octobre : Abike Johnson est la fille d’un richissime magnat de Lagos. Un jour, son regard croise celui d’un jeune vendeur ambulant dont la beauté et l’élégance la fascinent. Il vit dans un quartier mal famé et marche des kilomètres au quotidien pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais le coup de foudre se transforme vite en un jeu de séduction mortel, entre amour et haine.

Passent les heures de Justin Gakuto Go (États-Unis), à paraître le 6 novembre : Étudiant à San Francisco, Tristan apprend qu’il pourrait être l’héritier de la fortune d’Ashley Walsingham, disparu en tentant de conquérir l’Everest en 1924. Il a une semaine pour prouver qu’il est bien le descendant de l’alpiniste et de l’amour de sa vie, Imogen. Sa rencontre avec une jeune femme mystérieuse va changer la finalité de sa quête.

Aux Éditions Super 8 :

Déchirés de Peter Stenson, (États-Unis) à paraître le 28 août : Accro à la méthamphétamine, Chase Daniels ne s’inquiète pas vraiment lorsqu’il voit une fillette déchiqueter un rottweiler. Il devrait, parce que cette scène est une des caractéristiques de ce qu’est devenu le monde : les rues grouillent de zombies. Au milieu de ce chaos, Chase souhaite fuir son addiction, retrouver la femme de sa vie et la sauver. Comédie noire, thriller horrifique, à la fois cruel et atrocement comique, Déchirés n’est pas seulement un grand roman de zombies porté par une écriture survoltée : c’est aussi, à mi-chemin entre The Walking Dead et Breaking Bad, Hubert Selby Jr. et Las Vegas Parano, l’histoire d’amour la plus extrême et déchirante que vous ayez jamais lue.

John meurt à la fin de David Wong (États-Unis), à paraître le 15 octobre : John et Dave, deux losers fans de cinéma, rencontrent le Jamaïcain à un concert. Après des essais de drogues aux effets radicaux, la police les interroge. Il semblerait que tout ceux qui ont pris quelque chose grâce au Jamaïcain soient morts ou évaporés. S’ensuivent des rencontres et des situations tout à fait hors-normes. OK, vous voulez savoir ce que serait Le Livre sans nom si Hunter S. Thompson l’avait cauchemardé dans la baignoire d’une chambre d’hôtel ? À quoi ressemblerait un roman écrit par Quentin Tarantino et Robert Rodriguez si ces malheureux se servaient de l’humour comme un épileptique d’une mitraillette et se défonçaient à l’acide en pensant gober des smarties ? Vous avez envie de crever de rire en essayant de tourner les pages et de devenir un genre de zombie livrophage ? Bienvenue dans le monde de John : le mec qui risque fort de mourir à la fin.

Treize de Seth Patrick (Irlande), à paraître le 13 novembre : Jonah Miller, modeste et introverti, est l’un des revivers les plus talentueux. En touchant la victime d’un assassinat, Jonah a l’impression qu’une présence menaçante est tapie de l’autre côté, du côté des morts. Lorsque Daniel Harker, l’homme qui a révélé au monde l’existence des revivers est assassiné, Jonah est chargé d’élucider les causes de ce nouveau meurtre. Premier tome d’une trilogie haletante oscillant sans cesse entre thriller et fantastique, Treize renouvelle les deux genres avec une maestria étourdissante. Legendary Pictures, les producteurs d’Inception et de Watchmen, viennent d’acquérir les droits d’adaptation cinématographique.

Aux Éditions Michel Lafon :

Les mensonges ne meurent jamais de Séverine de Croix, à paraître le 6 novembre : Paris, 17 octobre 2013. Après deux jours sans nouvelles de sa femme Manon, Nicolas décide de signaler sa disparition à la police. Une enquête complexe va alors dévoiler les secrets d’une famille d’aristocrates.

Aux Éditions Julliard :

Le cercle des femmes de Sophie Brocas, à paraître le 21 août : Le temps des funérailles d’une arrière-grand-mère, quatre générations de femmes se trouvent confrontées à la découverte d’un douloureux secret de famille. Sophie Brocas explore avec délicatesse les mécanismes inconscients de transmission de mères en filles.

9 réflexions sur “La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #5

  1. Pingback: La rentrée littéraire côté premier roman #6 | Adepte du livre

  2. Pingback: La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #6 | Adepte du livre

  3. Pingback: La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #7 | Adepte du livre

  4. Pingback: La rentrée littéraire 2014 c&ocir...

  5. Pingback: La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #8 | Adepte du livre

  6. Pingback: La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #9 | Adepte du livre

  7. Pingback: La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #10 | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s