Home

fenêtre sur crimePrésentation de l’éditeur : Agoraphobe et schizophrène, Thomas Kilbride n’a pas quitté sa chambre depuis quinze ans. Sa seule ouverture sur le monde : son ordinateur, et l’application Whirl360, un site de cartographie en ligne dont il mémorise chaque détail, persuadé que ses connaissances pourront servir à la CIA. Et puis, un jour, alors qu’il arpente virtuellement les rues de Manhattan, Thomas voit, il en est sûr, le visage d’une femme à la fenêtre, asphyxiée dans un sac plastique. Peut-on encore la sauver ? Doit-il prévenir la police ? Qui pour croire les propos d’un témoin aussi peu fiable ? Une seule personne peut l’aider : son frère, Ray, qui avait choisi de prendre ses distances avec la folie de Thomas. Cette fois pourtant… Et si Thomas avait réellement assisté à un meurtre ? Et s’il y avait un tueur en liberté ? Et si tout cela n’était que le début d’une terrifiante course-poursuite ? Au sommet de l’angoisse, le nouveau chef-d’oeuvre du créateur de frissons…

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Renaud Morin.

Éditions Belfond – 459 pages

Depuis le 24 avril 2014 en librairie.

Ma note : 4,5 / 5

Broché : 21,90 euros

Ebook : 14,99 euros

Sorti en avril 2014, Fenêtre sur crime, le dernier thriller traduit en français de Linwood Barclay est un incontournable du genre. Stephen King, que l’on ne présente plus, en dit même qu’il est le meilleur roman de l’auteur. Quand on sait que Barclay est une véritable star outre-Atlantique et outre-Manche, qu’il est traduit dans 40 langues, qu’il est reconnu comme le grand maître du thriller et que la Warner Bros a d’ores et déjà acheté les droits du livre, il n’en faut pas beaucoup plus pour se convaincre de plonger dans ce qui semble être le page turner du moment.

Ajoutons à cela que, comme le laisse entendre le titre, l’auteur revisite, façon cyber-espace, Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock, succès en son temps faut-il le rappeler de cet autre ponte ès frissons. Cependant, la vraie valeur ajoutée de Barclay est de ne pas s’embarquer dans des histoires d’espions aguerris et encore de scientifiques pointus mais de se reposer sur des personnages ordinaires à la psychologie très affinée qui mettent bien involontairement le pied dans d’infernales spirales. Ce parti pris du domestic thriller est d’autant plus angoissant et terrifiant que sans forcément s’identifier, le lecteur ne peut s’empêcher de songer que tout ceci pourrait bien lui arriver. C’est en l’occurrence la simple utilisation d’internet et du Whirl360 – cousin non voilé de Google Maps – qui est le point de départ du cauchemar de deux frères.

Commence alors une course poursuite qui embarque le lecteur dès les premières pages et ce jusqu’au point final. L’intrigue, menée tambour battant, est d’autant plus rythmée que l’écrivain s’appuie sur des chapitres courts, des dialogues percutants et dégaine les coups de théâtre comme un malfrat son revolver. Une trame principale renforcée par des histoires secondaires dignes d’un bon roman. Last but not least, le récit est clôturé par un twist final magistral, inattendu, percutant et abasourdissant.

Bref, Linwood Barclay, incontestablement l’un des géant du thriller anglo-américain, sait tenir en haleine par l’entremise de rebondissements à gogo et d’un suspens géré crescendo. Meurtres, nouvelles technologies, schizophrénie, secrets de famille, etc… il explore les confins des angoisses de son lectorat qui reste bouche bée, à bout de souffle et fatigué. Oui, fatigué, car la nuit blanche est assurée. À lire !

Vous aimerez sûrement :

Bastards de Ayerdahl, Pour quelques milliards et une roupie de Vikas Swarup, Un passé en noir et blanc de Michiel Heynz, Trois fois le loyer de Julien Capron, Preuves d’amour de Lisa Gardner, 658 de John Verdon, Avant d’aller dormir de S.J. Watson, L’arbre au poison d’Erin Kelly, Vengeances de Philippe Djian, Le blues du braqueur de banque de Flemming Jensen, À moi pour toujours & Les revenants de Laura Kasischke, Le dîner d’Herman Koch…

Un grand merci au magazine ELLE et aux Éditions Belfond pour m’avoir donné l’opportunité de découvrir ce livre dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2015.

10 réflexions sur “Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

    • Oui, j’ai hâte également de voir les préférences de mes collègues de jury… Si j’en ai zéro de bons, la honte ah ah. Mais j’ai aussi hâte de savoir ce que tu penseras de ceux choisis, qu’ils correspondent à ma sélection ou pas !

      J'aime

  1. Pingback: La Faute de Paula Daly | Adepte du livre

  2. Pingback: Une autre vie de S. J. Watson | Adepte du livre

  3. Pingback: La septième fonction du langage de Laurent Binet | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s