Home

rescapéAuschwitz, la marche de la mort et mon combat pour la liberté

Présentation de l’éditeur : Sam Pivnik est l’un des tous derniers survivants de la Shoah. Un miraculé. Il a à peine 13 ans lorsque les nazis envahissent la Pologne et sa ville, Bedzin, en 1939. Pour la communauté juive, c’est le début de la vie en ghetto, les privations, les humiliations, les violences arbitraires, la peur, les rafles. Puis en 1943, Sam est déporté avec son père, sa mère, ses deux soeurs et ses trois frères cadets au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Il est le seul à échapper aux chambres à gaz. Il n’a que 16 ans. Porté par une volonté de vivre hors du commun, il travaille alors successivement au déchargement des trains à leur arrivée au camp, sur la funeste Rampe de la mort, puis dans la mine de Fürstengrube, avant de connaître les Marches de la mort et de survivre au bombardement accidentel du paquebot Cap Arcona par la RAF… Aujourd’hui âgé de 86 ans, Sam Pivnik raconte son histoire pour la première fois : un témoignage saisissant à destination des générations futures, pour ne jamais oublier que cela a eu lieu, que des millions d’hommes, de femmes et d’enfants n’en sont jamais revenus.

Éditions Fleuve noir – 326 pages

Depuis le 10 janvier 2013 en librairie.

Archive du blog Gwordia

Ma note : 3 / 5

Broché : 19,90 euros

Ebook : 13,99 euros

Si le XXe siècle fut riche de découvertes, de progrès, d’innovations en tous genres, il fut également le théâtre d’évènements historiques tragiques incomparables ayant donné naissance à un courant littéraire dont n’importe quel lecteur se serait volontiers passé : la littérature concentrationnaire.

L’homme ayant réussi à repousser les limites de l’atrocité, de l’innommable, il fallait bien un genre littéraire à part entière pour aborder l’expérience des camps. Quelque soixante-dix années après la fin de l’une des horreurs les plus absolues de l’Histoire, l’on ne compte plus les ouvrages qui témoignent de cette sombre période, dont certains sont devenus de véritables classiques parfois étudiés dès le collège, tel Primo Levi avec Si c’est un homme pour n’en citer qu’un.

Outre les révisionnistes et autres négationnistes, ces nombreux livres ont eu leur part de détracteurs arguant du manque de style ou de l’écriture lourde de cette littérature. Attaques auxquelles certains auteurs ont rétorqué très justement que ces écrits n’avaient pas pour ambition d’être des oeuvres littéraires dans l’acception esthétique du terme mais des témoignages puissants de l’abomination, de la souffrance. Et d’ajouter combien il est difficile de trouver les mots justes, combien le langage est, si ce n’est impuissant, du moins limité pour qualifier l’inhumanité, l’irréalité de ces univers abjects. Mais malgré tout, de nombreuses victimes ont tenu à surmonter autant que faire se pouvait les limites du verbe afin de transmettre une idée de leur calvaire, une idée forcément partielle, mais une idée présente, une idée vivante, une idée que l’infamie n’est pas parvenu à anéantir.

C’est dans cette optique de crier la vie que Sam Pivnik livre, entre expérience personnelle et données historiographiques générales, son approche du cauchemar nazi, de la libération, de la création d’Israël et du combat sionniste. Alors certes, Rescapé est un énième témoignage qui n’apporte pas grand chose de plus que ses prédécesseurs si ce n’est, excusez du peu, contribuer, nécessairement, fondamentalement, essentiellement, à ce que l’on appelle le devoir de mémoire.

Un récit tout en retenue, entre défauts d’une mémoire qui ne veut pas trop se souvenir et indispensable pudeur, qui ne peut laisser indifférent.

Vous aimerez sûrement :

Deuxième génération de Michel Kichka, Des nouvelles d’Alain de Guibert, Keler & Lemercier, Marthe et Mathilde de Pascale Hugues, Un fusil dans la main un poème dans la poche d’Emmanuel Dongala, Tant que je serai noire de Maya Angelou, Retour à Killybegs de Sorj Chalandon…

Extraits :

Et nous commençâmes à remarquer la fréquence accrue des trains de marchandises qui cliquetaient et ahanaient à l’aiguillage situé à proximité de Modzewojska. Des wagons de fret, en bois, qu’on voyait quotidiennement si l’on vivait près du chemin de fer, transportant du bétail, des porcs, des moutons ou de la volaille vers l’abattoir. Mais ceux-ci étaient différents. Il y avait des cadenas posés sur les portes coulissantes et du barbelé devant les trous d’aération.

J’étais à un mois de mon dix-septième anniversaire et je rampais dans un grenier surchauffé dans la pénombre en buvant de l’urine et en écoutant les sanglots de mes frères et soeurs tandis que dehors les Allemands tiraient sur mon peuple.

La fin du ghetto. La fin de tout ?

S’il devait se passer quelque chose, c’était maintenant. Notre groupe ne comptait pas beaucoup d’hommes. Mon père avait la cinquantaine – je le prenais pour un vieillard, à l’époque – et moi seize ans. Que pouvions-nous faire ? Foncer sur les rangs SS ? Sauter sur la voie et s’enfuir ? Tout le monde avait une famille – des femmes, des mères, des enfants. Pourtant, lors de notre chaotique embarquement à bord de ce train, on aurait pu tenter quelque chose. Mais il ne se passa rien. Nous attendîmes comme des moutons (…).

Si je n’avais pas été si terrifié, si démoralisé, l’efficacité glaçante du lieu m’aurait impressionné. Déshumanisé en moins de deux heures.

A Auschwitz comme dans tous les camps de concentration, l’ordre naturel des choses était inversé. Dans l’univers contre-nature du génocide, la pire racaille tenait les rênes ; les fous géraient l’asile.

La mesure du temps. On ne se rend pas compte à quel point on en a besoin avant d’en être privé. A l’école, la sonnerie rythmait l’existence. A la maison, il y avait le rituel immuable des repas pris ensemble, même à Kamionka. A l’usine, on pointait en arrivant et en partant. A Auschwitz, il n’y avait pas d’horloge et on travaillait jusqu’à ce qu’on nous dise de cesser, ou qu’on tombe d’épuisement.

On était responsable de son matériel, et coupable de sa disparition. Je n’ai vu aucun homme de Bedzin voler quoi que ce soit, mais nous savions tous que nous étions prêts à voler, si les circonstances l’exigeaient, parce que c’était la nature du camp – la loi de la jungle.

Je suis abasourdi aujourd’hui de constater la vitesse avec laquelle la routine du Bloc quarantaine devint un mode de vie à part entière.

Une femme consciente de ce qui allait se produire se lança dans un strip-tease au profit des SS. Cette femme avait été danseuse avant toute cette folie et deux hommes, l’Unterscharfürher Josef Schillinger et le Rottenfürher Wilhelm Emmerich, furent captivés par ses mouvements giratoires assez longtemps pour qu’elle s’empare du pistolet de Schillinger dans sa gaine et fasse feu plusieurs fois sur les deux Allemands. Puis elle retourna dans la foule des femmes à demi-nues et une bagarre éclata, pendant laquelle la tâche ardue et sans gloire d’évacuer leurs camarades blessés et le Sonderkommando échut aux SS.

Ils gazèrent immédiatement celles qui étaient déjà dans la chambre, et fauchèrent les autres à la mitrailleuse. Je n’ai jamais réussi à retrouver le nom de cette femme, mais elle devint une héroïne pour nous tous, (…).

Je possède une photo de moi, prise peu de temps après la fin de la guerre. J’ai dix-huit ans. C’est la seule photo qui ait un vague rapport avec mon enfance. Toutes les autres – du reste, il n’en existait certainement pas beaucoup – avaient été jetées et détruites par les nazis dans leur tentative d’anéantir ma vie et, plus généralement, tout un mode de vie. Sur cette photo mes cheveux ont suffisamment repoussé pour que je puisse tracer une raie dans mes boucles.

« Il a l’air d’aller bien, diraient les révisionnistes d’aujourd’hui dans leur dénégation de l’Holocauste. Si l’on considère ce qu’il est censé avoir traversé. »

De toutes les émotions qui tourbillonnaient dans nos têtes durant ces premiers jours de liberté, la plus forte était l’instinct de vengeance.

L’uniforme SS avait été jeté aux orties, et sa démarche élégante et hautaine avait suivi le même chemin. Il n’y avait plus d’Oberscharfürher, et en lieu et place de celui-ci, il y avait ce vieux Max Schmidt, fils de fermier, qui s’asseyait parmi nous.  (…) Il nous rejoignit à table et bavarda avec nous de choses anodines comme si nous étions tous de vieux copains en pleines retrouvailles d’après-guerre. (…) Son comportement me glaçait le sang. La guerre avait-elle eu lieu ? Auschwitz avait-il jamais existé ? Ces trois dernières années avaient-elle fait des victimes ? C’était invraisemblable.

Au fond, je me demandais, en ce début 1945, ce que j’allais faire du reste de ma vie. J’avais déjà vécu les proverbiales neuf vies du chat comme l’assure le dicton, et je n’avais pas encore vingt ans.

(…) Harry Truman, devint le premier dirigeant international à reconnaître le nouvel État. Nous n’avions plus qu’à nous battre pour le défendre.

Lorsque sa femme lui demanda si on gazait vraiment les gens à Auschwitz-Birkenau, il écrivit : « Au printemps 1942, beaucoup de gens dans la fleur de l’âge passèrent sous les arbres en fleurs de la ferme et de ses dépendances sans avoir aucune prémonition de leur mort prochaine. » Comme il est plaisant de noter qu’un des massacreurs les plus efficaces de l’Histoire était aussi – presque – un poète. On pendit Rudolf Höss devant le Bloc II d’Auschwitz I – le Bloc de la mort, où tant de gens avaient péri sur son ordre.

L’expérience de l’Holocauste était si douloureuse et destructrice qu’il est probablement impossible à quiconque aujourd’hui de la saisir dans sa totalité.

3 réflexions sur “Rescapé de Sam Pivnik

  1. Pingback: L’institutrice d’Izieu de Dominique Missika | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s