Home

la femme du tigrePrésentation de l’éditeur : Dans un pays des Balkans qui se remet d’un siècle de guerres, Natalia est chargée de vacciner les pensionnaires d’un orphelinat. Autour d’elle, tout n’est que superstitions. Les épidémies seraient des malédictions, les morts, des forces vives. Natalia rattache ces croyances absurdes aux contes que lui a transmis son grand-père. Mais l’histoire la plus extraordinaire, celle de la femme du tigre, il l’a emportée dans la tombe. En confrontant présent, souvenirs et légendes, Natalia comprendra les errements des générations passées, et les travers de la sienne.

Traduit de l’anglais par Marie Boudewyn.

Éditions Livre de poche – 427 pages

Archive du blog Gwordia

Ma note : 2 / 5

Broché : 20,80 euros

Poche : 7,10 euros

Abandon en page 191. N’ayant jusqu’alors jamais été déçue par la sélection Prix des lecteurs du Livre de poche donc ce titre fait partie pour le cru 2013, j’ai repoussé au maximum mes limites de lecture pour rentrer dans le premier roman de cette jeune auteur serbo-américaine.

Téa Obreht a beau être la plus jeune lauréate de l’Orange Prize 2011, avoir reçu le Prix Pages des Libraires 2011, figurer sur la liste du New Yorker des « vingt auteurs de moins de quarante ans à suivre » et les critiques d’ici ou là ont beau être plus élogieuses les unes que les autres, las ! Impossible pour moi d’être absorbée par ce récit.

D’aucuns le qualifient d’émouvant, de drôle, de magique… D’autres saluent l’adresse narrative de l’auteur, son souffle, sa profondeur… De ce texte mêlant passé et présent, faits historiques et légendes traditionnelles, je n’ai pas réussi à détecter l’ambition de l’auteur de redonner une unité à une région décomposée et divisée par les conflits. J’ai trouvé l’ensemble assez décousu, sans véritable fil conducteur si ce n’est excitant du moins donnant un minimum envie de tourner la page. Bref, je me suis ennuyée. Si Téa Obreht possède de réelles dispositions d’écriture, elle manque à mon humble avis d’un certain sens de l’intrigue.

Peut-être ce livre n’est-il pas arrivé au bon moment dans mon chemin de lectrice ? Peut-être lui redonnerai-je une chance ? Peut-être n’est-il tout simplement pas à mon goût…

Extrait :

« Tu ne trouves pas ça magique ? Tout le monde dort sauf nous. »

Un grand merci aux Éditions du Livre de poche pour m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce livre.

Une réflexion sur “La femme du tigre de Téa Obreht

  1. Pingback: Malabourg de Perrine Leblanc | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s