Home

le roman de boddahPrésentation de l’éditeur : D’ordinaire les amis imaginaires s’éteignent de mort naturelle, peu à peu négligés par ceux qui les ont inventés. Pas Boddah. Pendant les vingt-sept années de sa courte vie, Kurt Cobain n’a jamais cessé de s’adresser à son double. Dès lors, qui mieux que Boddah pouvait retracer le parcours de cette météorite trash que fut Kurt, entre musique, héroïne et amour fou ? Il fallait être un intime, tout voir et tout entendre, pour raconter le coup de foudre entre l’icône grunge et Courtney Love, pour retrouver, loin du public et des projecteurs, le jeune homme secrètement timide. Il fallait être un fidèle d’entre les fidèles, pour ne pas prendre ombrage de son mariage à Honolulu, au milieu des touristes obèses. Et un ami sincère pour discuter des nuits entières, oser le critiquer, et tenter de lui faire prendre conscience des réalités. Boddah fut tout cela. Et quand, épuisé par le désordre et les incohérences de sa vie, Kurt décida d’en finir, c’est à cette invisible mais éternelle âme sœur qu’il adressa sa lettre d’adieu. Alors Boddah témoigne de lui-même. Mêlant scènes réelles et imaginaires, conversations authentiques et dialogues inventés, Le roman de Boddah s’offre un narrateur omniscient d’un genre nouveau, témoin, confident, bonne et mauvaise conscience, Jiminy Cricket au milieu des guitares cassées.

Depuis le 28 août 2013 en librairie.

Éditions Fayard – 321 pages

Archive du blog Gwordia

Ma note : 4,5 / 5

Broché : 19 euros

Ebook : 13,99 euros

Le roman de Boddah n’est pas une énième biographie de Kurt Cobain. C’est l’histoire racontée par Boddah, ami imaginaire qui accompagna l’idole grunge durant les vingt-sept années de sa trop courte vie.

Quel meilleur narrateur que ce double omniscient ayant tout vu, tout entendu, tout subi, pour plonger au plus près de la vérité de cet homme érigé au rang de mythe ? Kurt Cobain entretenant un rapport schizophrénique avec cet autre lui, Boddah n’était pas qu’un témoin, il était à la fois confident, guide, censeur, conseiller et surtout bonne et mauvaise conscience, véritable Jiminy Cricket au milieu des guitares cassées. Au travers de son regard, l’on revisite ainsi de façon inédite la galère des débuts, le coup de foudre d’avec Courtney Love, les triomphes, les blessures du passé, les idées noires, la dépendance…

Durant 320 pages, Héloïse Guay de Bellissen réussit une prouesse littéraire qui ne laisse d’autre choix que de tourner les pages avec avidité. Et l’on a beau savoir comment l’histoire s’est terminée, l’on ne peut s’empêcher au fil du récit de croire que tout va aller, d’espérer que tout va s’arranger. Et d’être fatalement déchiré par cette chute déjà consommée.

L’auteur livre ici un roman biographique aussi original qu’extrêmement bien écrit, suscitant des émotions intenses à la mesure de l’existence du plus adulé des poètes trash. Un sale gosse au cœur tendre, un musicien de génie, une âme écorchée et torturée, un être profondément inadapté au monde qui l’entourait et dont la légende se perpétue un peu plus et avec brio grâce à ce magnifique texte qui saura ravir un public bien plus large que celui de ses fans nostalgiques.

Une valeur sûre parmi les quelque 550 romans annoncés pour cette rentrée littéraire 2013.

Vous aimerez sûrement :

La nuit ne dure pas d’Olivier Martinelli, Cosima, femme électrique de Christophe Fiat, Madame Hemingway de Paula McLain, Accordez-moi cette valse de Zelda Fitzgerald, Ciseaux de Stéphane Michaka, La servante du Seigneur de Jean-Louis Fournier, Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel,Beauvoir in love d’Irène Frain, La déesse des petites victoires de Yannick Grannec, Loving Frank de Nancy Horan, Je ne suis pas celle que je suis de Chahdortt Djavann

Extraits :

Créer un ami imaginaire, c’est un truc que font beaucoup d’enfants. J’ai un de mes potes qui m’a dit ça l’autre jour : « Les enfants nous créent et les adultes nous tuent, ça craint ! »

On quitte une famille au moment où les gosses tombent dans la supercherie de la raison.

Voilà ce que je suis : je suis le produit imaginaire d’un gosse chétif né dans une ville de bûcherons nommée Aberdeen. Je suis le bon génie d’un orphelin de l’amour-propre, je suis le terrain vague d’un gamin sans jardin d’enfance, et qui a une balançoire à la place du cœur, je suis l’ami parfait parce que je ne peux pas baiser sa femme, je suis lui, et lui est moi. Nous nous appartenons. Nous sommes.

« Nous sommes Nirvana, et vous, vous êtes qui ? » Il recule et crache dans la foule. Ça tape dans les mains, et ça hurle en même temps. Un, deux, NIRVANA ! Ça siffle, ça bouge, le volcan gronde. Il fait chaud, les gens sont serrés les uns contre les autres, plus un mot compréhensible, c’est une meute, l’air s’est chargé en électricité, les filles montent sur les épaules des mecs, la foule vacille comme une gueule de bois géante, la scène s’illumine. Qui paierait pour être dans cette promiscuité étouffante ? Le monde entier. Il se tient là, au milieu de sept mille personnes, qu’il n’entend pas. Seul et terriblement habité. Sur scène, il est chez lui.

Nirvana, c’est l’accident, le trauma, une tornade organisée. Et malgré tout ça, tout ce bordel, ils étaient carrés, ils donnaient ce qu’on attendait d’eux : de la vraie musique, un vrai pansement sur une vraie plaie, un instant créé pour mépriser le monde tout en créant le leur. Nirvana, c’était la flamme d’une bougie qui risquait de s’éteindre à tout moment et nous foutre dans le black-out le plus noir du monde.

Dans la fosse, ça sent la transpiration, les corps se laminent les uns les autres. Le lendemain, des bleus sur le corps. « Est-ce que ton mec t’a cognée hier soir ? Est-ce que tu as eu un accident de voiture ? » « Non, j’ai vu Nirvana. »

On baisait en regardant leurs concerts. On baisait la terre entière, le monde de la musique, on baisait MTV, on baisait ses propres parents, et on se faisait du bien parce que au fond de nous on savait ce qu’on avait fait. En réalité, on avait fait l’amour.

La vie, c’est une histoire d’amour qui n’a rien à faire là. Et pourtant vous y êtes. Mais vous n’êtes pas à la hauteur. Vous connaissez des gens qui ne font pas de la merde avec leurs sentiments ? Moi, je n’aime personne, j’accompagne les autres. Vous, vous avez l’amour dans le sang. L’amour en vous dès la naissance, une sorte de malformation. Ensuite, après que le cordon est coupé, vous trouvez des pansements, vous vous servez des autres pour soigner votre maladie. Vous faites des enfants sans même penser que vous transmettez le virus dont vous n’avez pas l’antidote. Mais vous aimez, alors tout roule. Puis, vous vous rendez compte qu’aimer juste pour aimer n’est rien. Qu’il y a le reste autour, qu’aimer est une forme de travail à plein temps et que le temps vous est compté. (…)

On peut aimer différemment. Il faut défigurer l’autre pour le reconnaître. Faire saigner l’autre sans la douleur : lui faire dire qui il était petit, de quelle perte il guérit, de quelle évidence il provient. C’est comme ça qu’on tombe amoureux. C’est comme ça qu’on peut admirer l’autre : quand il se dévoile et qu’il est encore habillé.

Il n’était jamais le dernier pour la déconne. D’autant que partir en tournée, c’est le seul boulot où l’enfance est encore promise. À l’heure du dîner, la règle est de prendre de la purée à pleines mains et de l’envoyer à la tête de son voisin. Jeter toutes les culottes de Kim Gordon sur l’autoroute, une heure avant le concert où elle paraîtra en minijupe devant trois mille personnes. Être musicien, c’est ne jamais grandir, un sport que Kurt pratiquait comme un des beaux-arts.

Elle sort nue de la salle de bains, avec un air toujours déboussolé mais qui ne cherche pas son chemin, lui la regarde et lui chante une chanson en attrapant la guitare :

T’es belle comme une sirène à qui on a coupé la queue…

Et à qui on a recousu de belles jambes pleines de bleus.

Que Courtney réponde « okay » pour l’héroïne, ça allait renforcer leur lien, il en était profondément touché. Cette fois, ce serait un amour sans limites. Il pourrait se faire branler et prendre en plus de l’héro, cette nana était une bénédiction. Enfin une fille à la auteur de tous les accidents de la vie. Une fille blessée mais biberonnée au courage, une fille qui connaissait l’histoire du punk par cœur et qui était belle comme un désastre. En sortant pour la première fois depuis trois jours, il lui vint ces phrases en pensant à elle :

Regarder un fond d’un gouffre, y crier je t’aime et entendre un écho

tu dormais comme de l’eau, encore je pleurais comme de l’air

j’évaluais les dégâts à venir et dans les décombres de ce qui était de l’amour je me disais, sautons mais sans filet. C’est tellement confortable, crade et cool avec toi.

Nirvana, c’est à la fois le « No Future » des Sex Pistols et le « I believe in Yesterday » des Beatles. Kurt réussit à faire durer un cri parce que la vie est trop courte. Un hurlement que tout le monde retient depuis l’enfance et qu’il a eut la force de proférer.

– Je veux qu’on se fasse une promesse, dit Kurt.

– Laquelle ?

– S’il nous arrive un problème dans la vie, genre : si nous devons avoir un travail normal, toi caissière, moi marchand de tapis, ou bien si un des deux devient dingue et que l’autre reste normal… Attends, ou si un des deux commence à aimer la dance musique et veut bouffer des cheeseburgers, ou j’sais pas quoi d’autre, il faut que… j’en étais où, attends…

– Tu en étais si l’un des deux…

– Ah ouais, j’veux dire, je veux tout faire avec toi, tu vois. Je veux qu’on forme une équipe, et s’il nous arrive malheur, je veux qu’on sache prendre la bonne décision. Il faut que je te pose une question : tu as peur de crever ?

– Non, mais tout dépend, j’comprends rien, si je deviens caissière et que je mange des cheese, tu me quittes, c’est ça ?

– Mais non, mon ange, je veux qu’on se promette de tout vivre ensemble, de s’entraider et de savoir s’arrêter au bon moment.

– On a qu’à se fiancer.

– Super idée ! Tu as réponde à tout, c’est génial ! J’ai toujours voulu rencontrer une fille qui soit deux fois plus intelligente et moitié moins blasée que moi.

– Je suis ton homme, mon chéri !

– Tu me promets qu’on se tuera si on devient bidon ?

– J’te promets !

– J’déconne pas, tu sais ? J’suis super sérieux, jure-le-moi.

– Je le jure et je mettrai notre anneau sur ce doigt !

Elle tend son majeur.

La peur. Vous connaissez tous. Votre seule crainte, c’est de mourir et elle prend toutes les formes. Soyons francs : toutes vos luttes ne sont que des postures pour rester en vie.

L’inspiration. Tout le monde se demande comme font les artistes. Eh bien ils pillent dans la vie, ils plongent les mains à l’intérieur, en arrachent un cœur noir qu’ils polissent comme ils peuvent.

La folie. C’est tout ce qu’il vous reste après avoir épuisé l’ironie, le burlesque et l’amour.

Il aimait sa femme et sa fille plus que tout, plus que lui (ce n’était pas difficile), mais ça ne changeait rien. Il aimait les gens d’une manière viscérale parce que depuis toujours ses sentiments passaient par ses tripes. Et ses tripes étaient des tranchées en feu. Il s’était déclaré la guerre. Sa façon à lui d’être heureux, c’était de ne pas l’être. Et grand bien lui fasse, c’était souvent le cas.

Scrutant le corps de Kurt, elle se demande : comme un être aussi fragile et gauche peut contenir autant de cris, de possibilités d’espoir, de désespoir ? Tant de maladresses dans un seul homme, ce n’est pas humain.

Il regarde autour de lui : il est partout. Comme s’il avait explosé, giclé sur tous les visages. Les gamins ont sa coupe de cheveux, portent ses chemises à carreaux, des tee-shirts d’Iggy Pop et se défoncent. Il a croisé son double cet après-midi et maintenant il est le commandant d’une armée de paumés qui sniffent de la colle. Son ventre bat la chamade. Il réalise ce qu’il est devenu. Son histoire a déteint dans leurs yeux, leur bouche et leurs veines. Il rejette les mains tendues avec l’envie de chialer. L’existence est redevenue une bonne dose de merde et il redevient fidèle à lui-même : triste à en crever.

« Personne ne connaîtra jamais mes véritables intentions. »

Elle est prise d’assaut devant sa porte par un journaliste de l’Aberdeen Daily Word, à qui elle déclare en fermant sa porte :

« Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas où aller pour me consoler. »

Un grand merci à Libfly et le Furet du Nord pour m’avoir offert, dans le cadre de l’opération « On vous lit tout », l’opportunité de découvrir ce livre en avant-première.

13 réflexions sur “Le roman de Boddah d’H. Guay de Bellissen

  1. Pingback: Festival du premier roman du 17 au 20 avril à Laval | Adepte du livre

  2. Un de mes romans coup de coeur de ce début d’année. Très bien écrit et surtout ce couple mythique .
    Ce livre est une pépite, où l’on côtoie Kurt,Courtney et l’héroïne, un couple fragile mais très amoureux, un couple qui essaye de survivre ms où la drogue prend une place (trop) importante. Et dont la fin est celle que l’on connaît tous, malheureusement
    Je le recommande vivement!!

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour la visite et le commentaire ! C’est effectivement un très bon premier roman qui met très bien les paillettes comme les côtés sombres en perspective et qui arrive quand même à surprendre et émouvoir bien que tout le monde connaisse déjà la fin de l’histoire. Ravie de partager ce ressenti. A bientôt j’espère.

      J'aime

  3. Pingback: S’intéresser aux premiers romans ne suffit pas… | Adepte du livre

  4. Pingback: Amelia de Kimberly McCreight | Adepte du livre

  5. Pingback: Les enfants de chœur de l’Amérique d’Héloïse Guay de Bellissen | Adepte du livre

  6. Pingback: Plus loin, plus près de Hannah Harrington | Adepte du livre

  7. Pingback: La vie, la mort, la vie Louis Pasteur 1822-1895 d’Érik Orsenna | Adepte du livre

  8. Pingback: Barracuda de Christos Tsiolkas | Adepte du livre

  9. Pingback: Femme au foyer de Jill Alexander Essbaum | Adepte du livre

  10. Pingback: Bianca de Loulou Robert | Adepte du livre

  11. Pingback: Tout plutôt qu’être moi de Ned Vizzini | Adepte du livre

  12. Pingback: The Girls d’Emma Cline | Adepte du livre

Merci de partager vos avis, remarques, etc. Je vous répondrai toujours et avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s